Bibliothèques: et si on ouvrait plus!

Les bibliothèques sont en couverture du dernier numéro de la Lettre du Cadre territorial (N°340, 15 juin). Muriel Desvois, Coralie Miachon, Maïté Vanmarque (cheville ouvrière de l’article grâce mise en contact puis un lien infatiguable avec la rédaction du journal) et moi-même (élèves conservateurs territoriaux des bibliothèques, promotion Flora Tristan 2006-2007) avons rédigé un article sur la douloureuse question des horaires d’ouverture. Vous y trouverez aussi une interview de Jean-François Jacques sur le sujet.

Après avoir fait le constat que les bibliothèques sont encore trop frileuses en la matière, nous défendons l’idée que c’est possible d’ouvrir plus à condition de remettre en cause certaines idées toutes faites, nos habitudes ainsi qu’en repensant vraiment l’organisation de nos établissements autour des publics et non plus autour des documents.

Cela nous semble d’autant plus urgent pour s’inscrire dans l’évolution des pratiques du public: essor d’un usage sur place (cf. enquête du Crédoc). L’enjeu est bien de favoriser la place de la bibliothèque comme lieu de brassage social.

Lisez l’article puis n’hésitez pas à débattre avec nous: approuver, commenter ou contester!

2 pensées sur “Bibliothèques: et si on ouvrait plus!”

  1. Le message de l’article c’est

    1/ il vaut mieux expérimenter et évaluer que de faire des débats byzantins sur biblio-fr

    2/ il faut communiquer envers les cadres territoriaux et pas seulement entre bibliothécaires
    (par ailleurs je ne sais pas s’il y a bcp d’article sur les bibliothèques dans la revue le Courrier des Maires et des élus locaux).

    3/Par contre l’article en lui même n’apporte pas d’éléments chiffrés concernant l’impact sur la fréquentation.

  2. @David L.
    1/ tout à fait d’accord.
    2/ C’est pourquoi l’article est dans la lettre du cadre territorial et pas dans Livres-Hebdo, Bibliothèques ou le BBF. L’objectif est de toucher d’autres cadres territoriaux.
    3/Nous n’avons pas pu avoir d’éléments chiffrés mais seulement les témoignages évoqués lors de la table-ronde du Congrès ABF 2006. A savoir que le dimanche est le seul jour où il y a un brassage social.

Les commentaires sont fermés.