Qu’est-ce que les bibliothèques peuvent apporter au web (2.0)?

A la demande de l’Enssib, j’ai présenté à la promotion J-P. Vernant un diaporama sur le web 2.0 et les bibliothèques:

Souhaitant renouveler ma présentation sur cette problématique et suite à la réflexion d’une collègue lors d’une formation en interne (« Il va falloir mettre de l’ordre dans tout cela »), je me suis dis qu’il fallait peut-être inverser la question et se demander: qu’est-ce que les bibliothèques peuvent apporter au web 2.0?

Voici les pistes que j’avais en réserve sur mon diaporama:

  • Des données bibliographiques libres et ouvertes à la réutilisation à condition que nos logiciels de bibliothèques changent radicalement d’approche (en permettant notamment les liens permanents avec des notices)‏
  • Etre un label de confiance: sélectionner et valider des sources, des informations ou des documents.
  • Créer des informations validées et mises à jour sur des blogs ou participer à des wikis.
  • Faire du lien social autour des pratiques culturelles virtuelles
  • Etre un lieu de mémoire intermédiaire en préservant pour un temps des informations ou des documents engloutis par le flux du web.
  • Proposer des formations et tutoriels pour utiliser les outils du web, faire une recherche d’information, vérifier une information, apprendre une langue via internet,…
  • Enrichir l’information existante en commentant des blogs ou complétant des wikis
  • …et participer à la création d’une information validée: écrire/compléter des articles dans Wikipedia et participer à des services de Questions/Réponses en dehors de ceux créés par nous.

La question reste ouverte à vos contradictions et vos compléments.

4 pensées sur “Qu’est-ce que les bibliothèques peuvent apporter au web (2.0)?”

  1. Un peu d’ordre dans tout ce fatras du web, en classant tout avec la Dewey ?… 🙂
    Plus sérieusement, j’aime beaucoup ton « label de confiance » et l’idée de « lieu de mémoire intermédiaire ». Je propose (mais c’est transversal à toutes tes propositions) un « lieu – réel ou virtuel – sécurisé (socialement, informationnellement, etc.) »… Et aussi : les bibliothèques peuvent apporter au web 2.0 un peu d’humanité 😉

  2. Ah, et j’oubliais : « des accès au net », des machines, quoi… Des ereaders, des esupports encore à inventer, parce que malgré tout, tout le monde n’a pas accès aux machines ad hoc – un PC même quand c’est un Mac ça reste cher. Donc la bibliothèque doit offrir des salles en libre accès ; et prêter des portables, et des tablettes, et je ne sais quoi encore qui n’existe pas, mais permettra de réduire/contenir la fameuse fracture numérique…

  3. Impressionnant après le slide Nicolas Blondeau et sa déesse à 10 bras, voilà Xavier et ses 7 piliers ! Chapeau bas Messieurs de l’ACIM ! Voilà de quoi alimenter notre reflexion…
    Moi aussi j’aime bien la notion de « label de confiance », ainsi que l’idée de participation aux wikis peut être parce que c’est ce qui ressemble le plus à ce que nous faisons aujourd’hui, mais pour le reste tout est à faire…

  4. tu poses à mon avis une très très bonne question en inversant les termes : comment la bibliothèque peut-elle être présente sur les réseaux sociaux? Très pertinent, et ça rejoint la question de l’identité numérique de l’institution…

Les commentaires sont fermés.