Ecoute musicale à partir d’un catalogue en ligne de bibliothèque

La Médiathèque de St Herblain propose depuis quelques mois un catalogue 2.0 avec des couvertures ou jaquettes de documents, la possibilité de commenter des notices et la suggestion d’emprunt (ceux qui ont emprunté ce document ont aussi emprunté…).

Je découvre aujourd’hui grâce à PK que les auditeurs peuvent écouter depuis chez eux des extraits musicaux. C’est intégré dans l’OPAC. Allez dans la rubrique catalogue puis cherchez votre chanteur préféré ou un groupe connu, puis écoutez (à condition d’avoir Realplayer) [bientôt une copie d’écran]

Sauf erreur de ma part, il s’agit d’une première en France (merci de contredire dans les commentaires s’il y a eu déjà des initiatives dans le domaine). Je serais curieux de connaître les tenants et aboutissants techniques et surtout légaux. Est-ce qu’il y a eu une négociation avec la SACEM ainsi qu’avec les producteurs?

8 pensées sur “Ecoute musicale à partir d’un catalogue en ligne de bibliothèque”

  1. Que je sache c’est l’un des nombreux services amazon (comme les couv’ des bouquins).
    C’est gratuit, c’est dans le pack « amazon ».
    et ca me semble être un très bon service ! (sur lequel on ne peut absolument pas rivaliser !!!)
    Quant à la sacem et la loi : c’est le pb d’Amazon, pas le notre (et il a l’air de la respecter : ce ne sont q des extraits de 30 sec)

  2. Bonjour Xavier,

    Si ma mémoire est bonne – mais il faudrait s’en assurer auprès de St Herblain pour plus de certitude -, ils utilisent des routines Amazon, aussi bien pour les pochettes que pour les extraits. Ce qui tendrait à dire que c’est Amazon qui diffuse et non pas eux, et donc qu’ils sont dans les clous.

    Là encore, info à vérifier.

  3. 30 secondes, c’est un droit de citation toléré au regard du droit d’auteur.La question que je me pose : comment sont identifiés les cds, qui n’ont pas d’isbn.
    A noter également sur le site la fonctionnalité « les personnes ayant emprumtés ce document ont aussi emprunté ». Intéressant, même si pas toujours signifiant, les emprunteurs ayant des goûts souvent éclectiques.

  4. les CD n’ont pas d’ISBN. Pour contourner le pb. nous faisons un moissonnage d’Amazon en utilisant les titres-auteurs et effectuons une comparaison sur l’EAN ou le numéro commercial (quand nous l’avaons). De cette manière nous avons mis en place une table de correspondance ASIN (identifiants Amazon) – N° de notice que nous enrichissons régulièrement.

    Pour ce qui est du droit, les WebServices Amazon fournissent pour chaque CD la liste des morceaux (titres). A partir de cette info un algorythme très simple permet de déterminer l’URL du morceau (pour l’écoute) correspondant. Pour le reste nous nous contentons de faire un lien externe pointant vers cette URL. Je ne sais pas à 100% si on est dans les clous, je crois que le droit relatif aux URLs externes est un peu flou… si un expert pouvait nous éclairer là dessus.

    Comme d’habitude cependant, on place des liens vers amazon pour qu’il y ait ‘réciprocité’

  5. Nous hésitons depuis plusieurs mois à proposer cette fonctionnalité en standard dans AFI-OPAC 2.0.
    Dans la mesure ou les URLS des extraits sonores ne sont pas explicitement dans le Webservice Amazon, il me semble qu’Amazon n’autorise implicitement pas que l’on écoute les extraits depuis leurs serveurs.

    Mais ce n’est qu’une déduction. Si quelqu’un pouvait avoir la position officielle d’Amazon, nous serons ravis de rajouter la fonctionnalité dans AFI-OPAC 2.0…

    La contrepartie du Web 2.0 est d’être extremement vigilant en terme de droits d’auteurs.

  6. On peut effectivement se poser la question pour ce qui est des extraits musicaux. Ces derniers étant hébergés par un serveur étranger à celui de la médiathèque (ou de la ville), afficher un lien menant directement au fichier concerné a pour effet d’alourdir la bande passante de l’hébergeur ; je ne sais pas ce qu’il en est de la loi, mais la Netiquette est loin d’y encourager. Dans le cas d’Amazon cela ne porte évidemment pas de préjudice technique vu leurs capacités.

  7. Bonjour Xavier,
    nous proposons depuis 1 an un catalogue « 2.0 » avec des couvertures (récupérées sur Amazon), la possibilité de laisser des avis sur les notices (heureusement, c’est modéré, bien que contraire aux principes 2.0, mais bon…) et la suggestion d’achat. En intranet, on peut écouter l’ensemble du fonds de CD des médiathèques. Je ne désespère pas que l’on puisse le faire depuis chez soi, à condition d’être identifié sur le portail (un reverse-proxy ?).
    Quant aux services « ceux qui ont emprunté ce document ont aussi emprunté »… n’est-ce pas contraire à l’esprit de la longue traine ? 😉

  8. Depuis bientôt 3 ans, la mediathèque de Biarritz (64) propose un catalogue OPAC public avec le logiciel OPSYS Aloès qui permet de consulter les CD avec la pochette et les titres numérisés. L’écoute se fait uniquement sur place et les droits sont négociés avec la Sacem. C’est ludique et cela apporte un plus à notre catalogue.

Les commentaires sont fermés.