Prélude à l’évolution des bibliothèques dans un monde complexe

Complexité
Photo CC PhOtOnQuAnTiQuE https://www.flickr.com/photos/photonquantique/

J’ai été invité le 26 novembre 2015 à Rennes comme grand témoin de la journée d’étude suivante:

Bibliothèques et numérique : vers des espaces de création et de participation
Une part importante du savoir et de la connaissance circule maintenant sur le Web. Les bibliothécaires expérimentent les offres électroniques et ont imaginé des dispositifs de médiation pour valoriser ces ressources souvent mal identifiées. L’influence des technologies tend donc à prendre de nouvelles formes en bibliothèque, accompagnant ainsi le mouvement de fond que les usages du numérique provoquent depuis maintenant 30 ans.

« BiBlio and co », pour une innovation ouverte !
Avec l’éclosion de la culture « maker », et à l’heure des « FabLab » et des « Biblioremix », les pratiques participatives réinvestissent les espaces physiques, encourageant ainsi la création et l’expression. De nouvelles tendances se dessinent pour procurer des améliorations ou des services supplémentaires. Multiplier les dispositifs interactifs et stimuler l’expression permet certes d’attirer et de fidéliser les publics. Mais les pratiques numériques et participatives apparaissent aussi comme une occasion de « faire avec » les publics, et de réfléchir aux nouvelles formes de transmission de la culture.
Au-delà de ces questions pratiques, et à l’heure de la question de l’utilité même des médiathèques au XXIe siècle, c’est bien l’enjeu de la place de la bibliothèque à l’horizon de la Ville intelligente (Smart City) qui sera posée lors de cette journée.

voir le programme ici

Une très belle journée d’étude qui alliait Forum de projets et ateliers le matin avec une partie plus théorique l’après-midi.Après une synthèse participative des ateliers du matin (avec la technique éprouvée des post-it proposée par Eric 😉 ), j’ai fait une mise en perspective. Pour prendre un peu de hauteur, il s’agit d’une première approche pour transposer aux bibliothèques la notion de complexité et de pensée systémique chère à Edgar Morin. Cela donnera lieu à d’autres textes plus développés dans de prochains billets.Je vous copie ci-dessous le plan de mon intervention pour laquelle je n’ai pas fait de diaporama.Co-production de la politique culturelle avec le territoire : Dépasser une culture de l’offre… documentaires et de services

  • Croiser les regards avec tous les acteurs du territoire
    • Question collective à se poser avec tous les acteurs concernés pour croiser les regards et sortir d’un point de vue biblio centré: 

« quel effet, quel impact, quelles objectifs sur le territoire du point de vue culturelle, éducatif et social »

    • coproduire et coopérer avec les acteurs du terrain pour réfléchir, embrasser toutes les problématiques, fixer des choix communs et y travailler ensemble
  • la politique culturelle ne doit pas être le seul apanage des acteurs culturels
  • le concept de ville intelligente est peut-être réducteur, parlons plutôt de la société intelligente capable de s’auto-eco-réorganiser dans un monde complexe
  • plus que faire avec les publics, c’est créer les conditions d’une coproduction et de la manière de contribuer collectivement aux évolutions culturelles, éducatives et sociétales du territoire dans lequel nous sommes
 

Pour le créateur de la Kao Compagnie, société de cosmétiques et de produits d’entretien, le but de l’entreprise n’est pas d’augmenter ses profits ou de prendre des parts de marché à ses concurrents, mais de créer de la connaissance pour ses usagers !

  • nécessite de partager avec les acteurs du territoire ce qu’est une bibliothèque, la culture et contribuer collectivement à faire évoluer la vision de la bibliothèque et ses enjeux
  • Un projet n’a de sens que s’il a du soutien
  • Changer de modèle et cultiver l’intelligence collective dans nos organisations
 Révolution à la Secu Belge: l’autonomie, le management au résultat, la liberté dans l’organisation du travail au bureau et à la maison + une expérience de cooptation.
Pour les bibliothèques, il me semble que les enjeux dans un monde complexe et mouvant sont de deux ordres:
  • contribuer à d’autres politiques que la seule lecture publique et s’insérer de manière plus globale dans la vie de son territoire mais pas seulement avec du partenariat
  • faire comprendre de manière le plus intime possible ce qu’est une bibliothèque aux acteurs, y compris les usagers, et leur permettre de contribuer à celle-ci.

Voir le live tweet #ChignonBzh

J’ai conscience que le plan peu paraître un peu sec mais d’autres explications sont à venir et je le partage pour les participants à la journée d’étude.

N’hésitez pas à compléter et à questionner.

Développer la médiation numérique dans un réseau de bibliothèques existant

Plan
Plan d’action Photo CC de johanneslundberg http://www.flickr.com/photos/johanneslundberg/

Il y a quelques mois j’ai été amené à proposer un plan d’action pour un poste de chef de projet « Médiation numérique ». Je compile ici les lignes de force qui sont susceptibles d’être réutilisées dans d’autres contextes.

Le plan d’action se déploie sur 3 axes principaux qui pourront être modifiés et affinés avec un groupe projet.

1/ La médiation numérique

> Mise en place d’un groupe projet pour préciser le contenu de la politique numérique, en assurer le suivi et la mise en œuvre

Ce groupe de travail sera composé de 5 à 10 personnes. Dans l’idéal et sur la base du volontariat, les différents types de bibliothèques devraient être représentés, le responsable informatique et les collègues particulièrement motivés par ce projet. Le groupe projet se réunira régulièrement et utilisera des outils de gestion de projet numérique type Trello (https://trello.com/). Les membres de ce groupe de travail auraient pour vocation de convaincre et de former les autres collègues.

  • Rédaction de la charte de développement numérique
  • affiner les objectifs et le périmètre de la politique numérique
  • réflexion et proposition sur les publics cibles qui pourront être différents selon les thématiques fortes à défendre : faire connaître le patrimoine à un public jeune ? Valoriser telle action auprès d’un public senior ?
  • réflexion sur la mise en œuvre ou non d’une ou de plusieurs identités numériques, c’est à dire un ou des avatars destinés à personnaliser l’institution sur les réseaux sociaux
  • lister les ressources et les moyens disponibles
  • élaborer le budget des différentes actions envisagées
  • identifier et former les personnes relais dans les différentes bibliothèques
  • planifier la montée en charge des différents axes de développement retenus
  • en fonction des possibilités du logiciel de portail, passer en revue les CMS les plus connus et sélectionner celui qui pourrait être utilisé en complément pour la mise en ligne de contenus.
  • rédaction d’une chaîne de production et de validation des contenus: calendrier de mise en ligne, circuit de validation, durée de visibilité selon les contenus avec archivage ou pas.
  • réfléchir et proposer des axes et le contenu de la communication interne et externe
  • création et constitution de kits matériels pour la production de contenus autour des animations (kit podcast, kit vidéo, kit photo) avec mode d’emploi
  • sélection des critères d’évaluation sur les différents axes de la politique numérique.
  • validation successive de ses travaux par l’équipe de direction

 

Réflexion sur les outils de publication et de médiation en ligne Continuer la lecture de « Développer la médiation numérique dans un réseau de bibliothèques existant »

Une journée de parmi d’autres…

La période estivale est propice au billet plus léger. J’en profite pour répondre au double tag de Daniel et de Sophiebib.

Pour Sophiebib, voici donc une photo de mon bureau:

Pour Daniel, voici quelques éléments d’une journée parmi d’autres fin juin globalement représentative de la variété des questions que je peux avoir à traiter (ordre non-chronologique, certains points sont traités en plusieurs fois au cours de la journée)

– Lecture des mails, twitter et veille RSS. Rédaction du mini-billet pour le twitter de la Médiathèque Départementale

– Je regarde en détail et note des modifications concernant la maquette de notre prochain magazine: cure d’amaigrissement car il y a trop de pages par rapport au cahier des charges prévu. Du coup je procède à une refonte de la mise en page. Je note les suggestions d’illustration et je renvoie au graphiste en interne

– Dans la foulée j’adresse des éléments à notre agence de communication pour la création de l’affiche et du flyer de notre prochaine animation en octobre. Je vérifie que nous sommes dans les délais prévus pour la distribution des documents.

– Je termine de mettre au point le contenu de notre partenariat avec L’Atelier du Rhin, scène nationale à Colmar. Si tout se passe comme prévu, nous avons entre autres une action web 2.0 ensemble. Dès que c’est lancé, je fais un billet à ce sujet.

– Réunion bilan de l’animation le 68 fait des bulles avec l’équipe BD: fréquentation, organisation, couverture de presse, écho auprès des partenaires et du public, points à améliorer et discussion sur le thème de la prochaine édition.

– Signature de documents divers dont convention de prêt d’expos et lettre d’envoi d’une convention pour le prêt de livres à une maison de retraite.

Pour terminer en élargissant, je dirais qu’il manque dans la biblio-blogosphère des collègues qui parlent du quotidien du métier de bibliothécaire (quelque soit le grade ou le statut) même si on trouve des informations théoriques ici , ici ou ici.

Qui se lance? Qui complète par une des ses propres journées?

Bibliothèques: et si on ouvrait plus!

Les bibliothèques sont en couverture du dernier numéro de la Lettre du Cadre territorial (N°340, 15 juin). Muriel Desvois, Coralie Miachon, Maïté Vanmarque (cheville ouvrière de l’article grâce mise en contact puis un lien infatiguable avec la rédaction du journal) et moi-même (élèves conservateurs territoriaux des bibliothèques, promotion Flora Tristan 2006-2007) avons rédigé un article sur la douloureuse question des horaires d’ouverture. Vous y trouverez aussi une interview de Jean-François Jacques sur le sujet.

Après avoir fait le constat que les bibliothèques sont encore trop frileuses en la matière, nous défendons l’idée que c’est possible d’ouvrir plus à condition de remettre en cause certaines idées toutes faites, nos habitudes ainsi qu’en repensant vraiment l’organisation de nos établissements autour des publics et non plus autour des documents.

Cela nous semble d’autant plus urgent pour s’inscrire dans l’évolution des pratiques du public: essor d’un usage sur place (cf. enquête du Crédoc). L’enjeu est bien de favoriser la place de la bibliothèque comme lieu de brassage social.

Lisez l’article puis n’hésitez pas à débattre avec nous: approuver, commenter ou contester!

La veille collaborative en bibliothèque

Alors que la biblioblogsphère travaille à un outil de veille collaborative (voir ici et ), je voudrais aborder cette question selon un autre angle à savoir la mise en place d’une veille au sein d’une bibliothèque ou d’un réseau.

Dans le cadre d’un travail de synthèse bibliographique sur la veille réalisé en groupe à l’Enssib avec P-E. Bernard et S. Tournerie, nous proposons une petite définition: « A la différence de la recherche documentaire, action ponctuelle, la veille professionnelle est une activité continue et itérative visant à une surveillance active dans un domaine à l’aide de sources prédéfinies et à destination d’un public circonscrit. »

Dans la majorité des cas, la veille en bibliothèque publique s’appuie sur la presse professionnelle avec par ordre décroissant Livres Hebdo, Biblio-fr, Bibliothèque(s) puis viennent Archimag et le BBF sans oublier l’indispensable presse locale ou nationale. Continuer la lecture de « La veille collaborative en bibliothèque »