Tentative d’épuisement des boites à livres

La boite à livres : quelle (fausse) bonne idée!

Les boites à livres sont un sujet qui fâche de nombreux bibliothécaires, qui irrite et qui agace la profession… nous avons l’impression que certains décideurs (élus, direction générale, direction de la culture, direction de la communication, …) veulent remplacer la création d’une bibliothèque voire substituer la bibliothèque existante, qui ne veut pas ouvrir 24 h sur 24, par ce mobilier urbain si peu coûteux et si séduisant au premier abord.

En effet, la boite à livre est l’archétype de la fausse bonne idée, car elle semble avoir des nombreuses qualités :

– mobilier peu coûteux même si on essaie de faire un mobilier beau et visible.
– quasiment pas d’entretien. Un petit coup de peinture de temps en temps
– fonctionne en autonomie et sans budget de fonctionnement : les habitants déposent leurs livres et prennent ce qui les intéressent pour les ramener ou pas. Pas de personnel et pas de logiciels pour enregistrer les prêts. Pas de budget pour acheter des livres
– cerise sur le gâteau : la boite à livre, c’est de l’économie circulaire, du circuit court, du local et du développement durable. La boîte à livres favorise l’échange d’objets à durée de vie réduite.

La boite à livre, c’est le mal absolu ! Ce n’est pas une bibliothèque !

Piqué au vif et attaqué sur l’aile de sa reconnaissance professionnelle, le bibliothécaire ronchon déroule alors ses arguments contre la boite à livres :

– le choix est restreint : beaucoup de fictions et rarement des nouveautés. Peu de documentaires et de revues.
il n’y a que des livres laids et obsolètes. De nombreux habitants y déversent le grenier de leurs grands-parents avec des livres en mauvais état, des reliures très laides type Club du livre, des poches aux pages jaunies, des documents dépassés (Guide Juridique, dictionnaires ou Vidal des années 50, Encyclopédie en plusieurs volumes…), des livres jeunesse gnangnan (certains auraient même vu des albums de Martine, mais ils ne sont plus là pour témoigner, car ils ont été victimes d’un des monstres de Lovecraft connus pour fréquenter régulièrement les boites à livres.), des revues à moitié déchirées, des annales du bac des années 1980, etc. Dans le meilleur des cas, nous y trouvons des classiques de la littérature dans des éditions un peu défraîchies ou des livres récents (de 1 à 5 ans) en état correct. Tout cela parce qu’on ne jette pas des livres, c’est sacré !


– le risque d’y trouver des ouvrages sectaires ou de sciences parallèles, des prospectus commerciaux en tout genre
le choix n’est pas stable, et même si nous avons vu un livre susceptible de nous intéresser, nous ne sommes pas sûrs de l’y retrouver la prochaine fois, alors qu’en bibliothèque, on peut réserver !
– le choix dépend beaucoup des dons et peut très bien ne pas changer pendant des mois. Le lecteur flâneur peut finir pas se lasser de ne rien trouver de nouveau. Parfois la boite est peu remplie et il ne reste que des livres en mauvais état ou très vieux. Parfois, la boite déborde, mais on n’y trouve quand même rien d’intéressant pour-soi.
– etc. j’en oublie certainement.

Tout cela est juste et logique, car une boite à livre n’est pas une bibliothèque… Voilà le problème majeur qui nous agace fortement, la boite à livres ramène la bibliothèque à une simple collection de livres alors qu’elle est bien plus.

Comme le dit si bien la Loi de la sénatrice Sylvie Robert :

“Les bibliothèques (…) ont pour missions de garantir l’égal accès de tous à la culture, à l’information, à l’éducation, à la recherche, aux savoirs et aux loisirs ainsi que de favoriser le développement de la lecture.

A ce titre, elles :

1/Constituent, conservent et communiquent des collections de documents et d’objets, définies à l’article 4, sous forme physique ou numérique ;

2/ Conçoivent et mettent en œuvre des services, des activités et des outils associés à leurs missions ou à leurs collections. Elles en facilitent l’accès aux personnes en situation de handicap. Elles contribuent à la réduction de l’illettrisme et de l’illectronisme. Par leur action de médiation, elles garantissent la participation et la diversification des publics et l’exercice de leurs droits culturels ;

(…)

Les bibliothèques transmettent également aux générations futures le patrimoine qu’elles conservent. A ce titre, elles contribuent aux progrès de la connaissance et de la recherche ainsi qu’à leur diffusion.

Ces missions s’exercent dans le respect des principes de pluralisme des courants d’idées et d’opinions, d’égalité d’accès au service public et de mutabilité et de neutralité du service public.”


Je m’arrête là, il y aurait tant à dire.

Laissons les boites à livres aux romantiques et continuons à rendre crédibles nos bibliothèques comme lieu de partage, d’animation et d’ouverture sur le monde.

Arrêtons d’essayer de lutter contre les boites à livres ou de vouloir les éliminer, laissons les vivre et mourir (comme dirait James Bond) ou au pire vivoter. Si nous en avons la responsabilité, faisons-en un outil attrayant avec un choix sérieux et large. De toute façon il sera forcément moins large, moins diversifié et moins pérenne qu’une bibliothèque.

Utilisons plutôt notre énergie pour faire de l’advocacy en faveur des bibliothèques dont les collections sont choisies, organisées, éclectiques ou diversifiés et stables à moyen ou long terme.

Mais surtout, les bibliothèques sont bien plus qu’une collection, mais un lieu de vie, de partage, de découverte, d’animations, d’apprentissage, d’accès au numérique, d’éducation, d’échanges intergénérationnels… vers l’infini et au-delà.

13 réponses

  1. BEYLACQ dit :

    complétement d’accord ! chez moi elle est devant la médiathèque ouverte que 4j/7 en complément mais c’est insidieux : la médiathèque comptait 2 salariées et on a profité e leur mutation pour les remplacer par …. des jeunes en emplois civiques et des bénévoles … plus rien à voir, plus aucune animations, renouvellement de stock, conseils avisés, etc …. quand on parle « culture » on vous répond « maïs ou tournesol » ? dégoutée

  2. romieu dit :

    tout est là: la boite à livre n’est pas une bibliothèque! Un restau gastro doit il se sentir menacé par le snack du coin?

  3. cotte dit :

    et bien,boite à livres,j adore car présente 24: sur24h excellent dépannage….

  4. Céphée dit :

    Je trouve ça bien que les SDF ou les personnes qui sont en difficultés financières puissent avoir accès à l’évasion avec les livres qui y sont déposés. Tout le monde ne peut pas s’inscrire en bibliothèque hélas !

  5. béatrix dit :

    je ne suis pas d’accord ! j’utilise les boîtes à livres et ça ne m’empêche pas d’être inscrite et de puiser dans les bibliothèques (3) intensivement. La boîte à livres rappelle à chacun au détour d’une rue que la lecture est un bien fondamental. Et puis des tas de livres ne sont pas acceptés en don par les bibliothèques, on en fait quoi ? on les met dans une boîte à livres pour faire plaisir à quelqu’un !

  6. Montaine dit :

    J’ai la berlue ! Croyez-vous vraiment que ces petites boîtes à livres remplacent les bibliothèques ? surtout si les livres qu’elles proposent sont laids, vieux, déchirés et obsolètes. Qui voudrait lire le Vidal ! Allez ! Arrêtez donc d’être aigris et désabusés de vos bibliothèques pas très attirantes.
    Bonne journée
    Montaine

  7. Gilles dit :

    La boîte à livres, c’est comme le livre numérique : penser « complémentaire » et non pas « remplacement ».
    Mon fils a lu Cyrano de Bergerac via ce biais, alors tout n’est pas perdu…

  8. Catherine Dumas dit :

    Je ne vais jamais dans une bibliothèque, parce
    que je me fais généralement virer pour ne pas rendre les livres à temps. Par contre, il m’arrive de mettre des livres dans les boites à livres .
    Lorsque ma mère est morte j’aai donné tous les livres pour créer une bibliothèque municipale.

  9. Cercle Bibliobus Clef dit :

    Mac Do ou Bocuse considèrent-ils les restos du cœur comme de la concurrence?
    Vous n’avez pas besoin d’un justificatif de domicile pour prendre un livre.

  10. GRIGNION Ludovic dit :

    Je pense que vous faites erreur, vous avez d’un côté des lecteurs philanthropes qui userons de tous les moyens pour emprunter des livres, tout en ayant leur propre bibliothèque et de l’autre des personnes qui de toutes façons n’iront jamais dans une bibliothèque car elles veulent « posséder » les livres qu’elles lisent à tout instant et pas seulement pour la durée d’un prêt…. La boite à Livres est plus proche de la bibliothèque que la libraire dans la façon d’appréhender les livres… Ceux qui les utilisent peuvent faire partie de l’une ou l’autre des « familles » évoquées plus haut… Pour le reste, je trouve fort dommage le ton de votre article, relativement méprisant.

  11. Anne Marie dit :

    Dans les arguments souvent entendus, complémentairement à cet article :
    « C’est une initiative citoyenne »
    Dans l’advocacy des bibliothèques, il y a en creux une lacune de démonstrations ou d’actions qui puisse faire une place plus grande aux initiatives citoyennes.
    Enfin je vois aussi l’argument de la liberté : les boîtes à livres, c’est open bar. Je fais ce que je veux, quand je veux, facilement sans avoir à le coltiner le bien commun institutionnalisé par la bibliothèque. Je ne dévoile rien de moins.
    Il y a des boîtes qui marchent…. pilotées par la bibliothèque. 🙂

  12. Mellé dit :

    Moi j’ adore les boites à livres. J’ y ai retrouvé des livres que j’ aimais ou que j’ ai pu relire . Je peux y aller à pied Pour la ou les médiathèques faut que je prenne ma voiture….

  13. Olivier Roumieux dit :

    Vraiment très curieux ce billet. M’a donné envie de réagir en titrant « Eloge de la bouse » . Pourquoi, en tant que bibliothécaire, se sentir en concurrence avec des boîtes à livres ?
    Oui je sais bien qu’on ne doit/peut pas accepter tous les dons en bibliothèque, que certains usagers ne comprennent pas le concept de politique documentaire (mais faut-il les en blâmer ?), que la bibliothèque est garante d’une information équilibrée et actualisée, mais une pôv boîte à livres…
    Ayant travaillé plus de 10 ans en bib, gros lecteur, pas à la rue, j’adore les boîtes à livres ! Juste pour dire qu’il faut se méfier des clichés, de vilaines boîtes fréquentées par de pauvres hères qui parviendraient par ce biais à un semblant de culture (d’il y a 30 ans). Comme le dit le précédent commentaire, la boîte est du domaine de la surprise, on peut y faire de belles trouvailles (des romans presque neufs, des bouquins trop Schnock à offrir à ses ennemis…) ! Les bouquins y ont souvent plus de vécu qu’en bibliothèque, vu nos formidable taux de rotation (désolé) : ratures, commentaires, dédicaces…
    Certes il y a certaines surprises que je n’oserai pas saisir, même avec des gants (surtout après grosse pluie), et les ouvrages présentés ne représentent pas l’éventail de la production éditoriale.
    Les boîtes aux livres, c’est comme la cueillette des champignons : il y a de très bons coins, mais je ne vous dirai pas lesquels !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.