Les Belles Etrangères USA dans le Haut-Rhin sont un peu dans les réseaux sociaux

Lors des nos formations et dans nos billets, les zhybrides défendent régulièrement le lien à créer entre les activités dans la bibliothèque et ses prolongations virtuelles, notamment dans les réseaux sociaux.

Je voudrais relater et commenter la petite expérimentation mise en oeuvre à l’occasion des Belles Etrangères Etats-Unis (manifestation annuelle organisée par le Centre National du Livre) dans le Haut-Rhin lors des rencontres littéraires autour d’Andrew Sean Greer. En préparant celles-ci, je constate sur son site officiel que l’écrivain dispose d’un compte Twitter et d’une page sur Facebook pour ses fans. Celui-ci a même créé sur Twitter une liste des écrivains américains invités en France… nous pouvons ainsi suivre au gré de leurs petits messages leurs pérégrinations et autres impressions (avec photos).

Dans la mesure où A.S. Greer rencontrait des élèves dans deux lycées, j’ai fait l’hypothèse que ceux-ci étaient actifs sur ces réseaux sociaux, notamment Facebook. Je ne me suis pas trompé car les élèves du lycée de Thann étaient déjà devenus « fans » d’A.S. Greer. Je les incitais à mettre des photos et des réactions sur Facebook et Twitter.

De mon coté, j’ai pris et mis en ligne des photos à la fois sur Twitter et sur Facebook. J’ai utilisé Twitpic qui facilite le lien avec Twitter: dès que j’ajoute une photo sur mon Twitpic, le lien est publié sur mon compte Twitter. J’ai fait sur Twitpic un reportage assez exhaustif sur les rencontres littéraires et sur l’un ou l’autre repas. J’ai ajouté sur sa page Facebook que des informations sur ses rencontres littéraires et avec une seule photo par évènement.

Plusieurs élèves de Lycées ont mis des textes de remerciement sur sa page Facebook ou commenté les photos que j’avais ajouté. Un élève du Lycée de Thann a même scanné et mis sur sa page Facebook l’article relatant le passage d’A.S. Greer dans leur lycée (droits d’auteur hum hum hum…). Un élève a aussi demandé une aide pour un devoir de classe sur un film de Tim Burton…

Dans la mesure où les conditions sont réunis (auteurs ou autres invités présents sur ces réseaux), il me semble que les réseaux sociaux virtuels sont de puissants outils pour démultiplier l’expérience de l’activité se déroulant dans la vie réelle: échanges en amont, reportage et suivi pendant l’animation puis prolongation après…

C’est aussi une des manières de se construire une image sur ces réseaux numériques au-delà de la simple annonce des nos manifestations ou de nouveaux services.

D’autres expériences dans ce genre chez vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *