[HS] Les quatres livres…

Sophie C. vient de me marabouter à travers une chaine. J’y réponds volontiers.

Les 4 livres de mon enfance / adolescence

  1. Fantomette (ce n’est pas pour copier Sophie mais j’ai dû lire toute la série)
  2. Langelot (le James Bond français dans la bibliothèque verte avec des histoires solides et captivantes)
  3. Luc Orient (une BD de science-fiction avec de somptueux décors, les dessins ont mal vieillis)
  4. Et bien sûr les Rubriques à brac de Gotlib qui me font toujours beaucoup rire.

Les quatres écrivains que je lirai et relirai:

  1. Guy de Maupassant (surtout Fort comme la mort, je suis admiratif de son style et de son sens de la narration)
  2. Jeanne Benameur (ces textes me touchent beaucoup)
  3. Paul Eluard (je lis beaucoup de poésie et Eluard reste mon poète favori)
  4. Claude Simon ( découvert à la fac et j’adore suivre sa caméra dans des descriptions labyrinthiques)

Les 4 auteurs que je ne lirai plus jamais

Il m’est difficile de répondre à la question car j’applique depuis longtemps l’un des conseils de Daniel Pennac. Si au bout de quelques pages, de 20 à 50, je n’accroche pas, j’arrête ma lecture. Du coup, je ne me souviens pas des lectures détestées sauf scolaires ou universitaires: Victor Hugo, Ronsard et Dostoïevski (les Frères Karamazov restent un cauchemard). Dans les plus récents, je n’ai pas accroché à Erri De Luc et je ne suis jamais arrivé à lire un Pepe Carvalho de Manuel Vázquez Montalbán alors que j’avais beaucoup aimé l’adaptation télévisuelle.

Les quatres premiers livres de ma liste à lire

  1. L’immeuble de Mathilde de Hassan Daoud (nous accueillons l’auteur dans le Haut-Rhin à l’occasion des Belles Etrangères sur le Liban et le compte-rendu d’une collègue m’a fortement intrigué)
  2. Champs de Castille d’Antonio Machado (poète espagnol déjà lu. Sa poésie est un âpre mélange de désespoir et d’envie de vivre)
  3. O Révolutions de Mark Z. Danielewski (roman de la rentrée littéraire. Je suis curieux de voir comment fonctionne ce choix formel avec l’histoire)
  4. La disparition de Richard Taylor de Arnaud Cathrine (un auteur que j’apprécie et que je suis)

Les quatres livres que j’emporterais sur une île déserte

  1. Triptyque de Claude Simon
  2. Capitale de la douleur de Paul Eluard
  3. Abzalon de Pierre Bordage
  4. Les Demeurées de Jeanne Benameur

Les dernières lignes d’un de mes livres préférés:

« Les mots sont là.

Elle apprend.

Elle ne peut plus s’arrêter.

Elle apprend les mots, tous les mots. Et elle apprendra. Dans les petits livres de broderie que lui donne Madame, sur les boîtes de farine, de café, sur les morceaux de journal qui servent aux épluchures, sur les pancartes, elle apprend. Elle n’arrêtera plus.

Le monde s’est ouvert.

Chaque soir, elle brode les mots nouveaux, se les répète silencieusement.

Chaque matin, elle vient les réciter ici.

Elle ne s’arrêtera plus.

Les parôles de Luce s’élèvent.

Elles ne demeureront plus.

Sur la terre, jour après jour, elles portent son souffle. »

dans Les demeurées de Jeanne Benameur (Edition Denoel)

Je ne fais pas suivre la chaîne. A chacun de voir s’il veut s’emparer de ce jeu.

5 pensées sur “[HS] Les quatres livres…”

  1. Fantômette a fait du mal, on dirait… Ah et Langelot, oui, c’était terrible… La carte d’espion à la première page me fascinait, avec la devise : « Solitaire mais solidaire », je crois…
    Claude Simon : yes !! Et Triptyque : re-yes !! Je t’ai parlé des conneries que j’ai bricolé à la fac à partir de Triptyque ??

  2. Ah! Je ne suis pas le seul à connaître Langelot…

    Pour Triptyque, oui tu m’en avais parlé. C’est en archives ouvertes? 😉

  3. Si j’avais su, je t’aurais invité à venir faire un petit tour par chez nous, en Picardie, à Amiens : « Rencontre avec l’auteur Jeanne Benameur à l’occasion de la sortie du livre « Passagers, la tour bleue d’Etouvie » :  »
    Le livre de Jeanne Benameur restitue la mémoire de la tour Bleue du quartier Étouvie, à Amiens. Construite en 1962, cette tour a été vidée de ses habitants il y a trois ans. Depuis, tous attendent sa destruction, alors que dans les appartements déserts subsistent les traces de leur existence. » Cf http://www.picasco.org/

    Tu me donnes envie de le lire… et toi, l’as-tu lu ?

  4. @scotrelle: Non, je n’ai pas encore lu ce livre mais je n’y manquerais pas.
    Si tu as l’occasion de la rencontrer, je t’encourage vivement de le faire même si tu n’as pas eu le temps de lire son roman. Sa passion des mots et des êtres humains est très communicative sans compter une écoute et un échange assez fort avec le public.

Les commentaires sont fermés.