Il n’y a pas assez de musique en bibliothèque

Je reprends doucement le fil de ce blog pour vous signaler que la revue de l’ABF, Bibliothèque(s), a bien voulu publier dans son dernier numéro (36, décembre 2007) un article écrit par mes soins sur la question de la place de la musique en bibliothèques. Il sera mis en ligne dans son intégralité début février sur le site de l’ACIM.

Contrairement au pessimisme ambiant, je défends l’idée que les bibliothèques constituent le dernier accès à une vraie diversité musicale pour peu qu’on se donne la peine de continuer à maintenir et constituer des fonds tout en développant les activités telles que l’animation, la formation, l’information sur la vie musicale locale et pourquoi pas en devenant un espace de pratiques musicales amateurs. Ces évolutions sont possibles car les bibliothécaires musicaux sont peut-être les derniers généralistes de la médiation musicale face aux grandes surfaces spécialisées, aux disquaires spécialisés et aux communautés musicales virtuelles.

Je crois bien sûr qu’il faut expérimenter des services en lien avec la dématérialisation de la musique mais il me semble prématuré de tout miser là-dessus pour des équipements nouveaux. En outre il me paraît dangereux en terme de défense de la diversité culturelle que de vouloir abandonner la musique en bibliothèque sous prétexte qu’internet l’a tué.

J’attends vos réactions et vos compléments à cet article.

Ebauche de discoflux: une sélection de sites pour bibliothécaires musicaux

A l’image du Biblioflux, un discoflux est en cours de finalisation. Il s’agit d’une sélection de sites utiles aux bibliothécaires musicaux. Stephan Cotrelle, Pierre Rebuffet, Nicolas Blondeau est moi-même avons travaillé sur cette ébauche qui attends vos suggestions:

http://discoflux.acim.asso.fr/portal/index.php

L’objectif est de fournir à ceux qui n’ont ni le temps ni l’envie d’utiliser un agrégateur de flux RSS sur une page et différents onglets un panorama de sites musicaux et professionnels.

Nous utilisons posh ,un logiciel libre, distribué par la société Portaneo. Il permet de faire un site à la manière de Netvibes. Vous pouvez modifier les pages à votre convenance en ajoutant ou supprimant des sites. Nous préparons une page d’aide à ce sujet. En attendant vous pouvez consultez l’aide du Biblioflux.

Les commentaires et les suggestions sur les bienvenus.

Quel avenir pour le patrimoine musical en bibliothèque?

Pour ne pas que cette question cruciale du patrimoine musical à l’heure de la numérisation reste dans les limbes du commentaire d’un précédent billet, je reprends ci-dessous pour le prolonger le texte de Gilles Pierret (mise en gras par mes soins):

« Je voudrais juste ici répondre sur un point qui a été abordé dans une des réponses ci-dessus, à savoir la question de la numérisation et de la valorisation des fonds de vinyles encore en possesion des bibliothèques.


A mon avis, la numérisation apparaît comme une chance à saisir pour enfin prendre conscience de l’importance de ce patrimoine largement délaissé jusqu’ici, sauf par quelques très rares institutions. Il me paraît évident que la valorisation de ces documents, souvent devenus introuvables, prend un relief tout particulier à l’heure de la disparition programmée des supports et de la “virtualisation” de la musique. Mais la mise en oeuvre de ces principes est beaucoup plus difficile qu’on ne le pense. cela suppose:


1.de s’atteler à la réalisation d’un inventaire des fonds existants -tâche particulièrement difficile dans la mesure où il s’agit d’un terrain vierge entièrement à défricher, -la notion même de conservation des documents sonores n’étant pas une donnée vraiment intégrée chez les professionnels;


2. de mettre en place un plan -régional pour commencer- de lieux de conservation partagée, pilotée par une bibliothèque volontaire officiellement missionnée pour le faire et disposant d’un minimum de moyens (sur le modèle de ce qui se fait, par exemple pour la littérature jeunesse en Idf sous la houlette de houlette de l’Heure joyeuse et de la JPL).


3.de créer des bases régionales consultables en ligne,répertoriant les fonds et documents numérisés, ce qui implique une réflexion sur les objectifs poursuivis(quels documents numériser, pour quels usages ?)et la définition de principes communs, bibliothéconomiques (quelles métadonnées associées) et techniques (quel niveau de qualité, quels formats de lecture ?).

Continuer la lecture de « Quel avenir pour le patrimoine musical en bibliothèque? »

Génération et écoute de musique enregistrée

Jean-Michel Salün présente sur son blog les éléments principaux d’une Enquête du DEPS (Département des Etudes, de la Propective et des statistiques) du Ministère de la Culture intitulé: Approche générationnelle des pratiques culturelles et médiatiques. Pour la musique, il ressort que l’écoute de musique enregistrée ne cesse de croître de génération en génération. En outre pour une même génération, cette pratique est relativement stable dans le temps, à savoir qu’en vieillissant cette écoute baisse très peu alors que d’autres pratiques peuvent se réduire comme la lecture de livre.

Ainsi entre 1973 et 2003, les personnes déclarant écouter de la musique enregistrée est passé de 9% à 33%. Voici le tableau le plus parlant:

Ecoute de musique enregistrée par générations
Continuer la lecture de « Génération et écoute de musique enregistrée »

Quelle place pour la musique en bibliothèque?

Je reprends ici un courriel diffusé sur discothecaires_fr à propos de la lancinante question que se pose en ce moment les bibliothécaires musicaux.

Etre de simple pourvoyeur d’une offre de documents est une impasse.Cela revient à se positionner dans un univers de consommation sur lequel, T. Saglio, a raison de dire que nous ne ferons jamais le poids. En outre la démocratisation basée sur l’offre est aussi insuffisante car l’appétence à la culture se développe du fait de contacts répétés et à des pratiques culturelles régulières.

C’est pourquoi je défends depuis quelques temps l’idée que les bibliothèques y compris musicales doivent développer ou renforcer les activités de pratiques culturelles autour des collections (matérielles ou virtuelles). J’en parlais dans mon diaporama présenté lors des rencontres nationales 2007 et c’est l’un des points de vue que je développe dans mon mémoire d’étude du diplôme de conservateur.

Pour les bibliothèques musicales, il s’agirait d’accompagner les pratiques musicales et la culture musicale autour des contenus:

  • Les animations bien sûr sans chercher à faire des inscrits et des prêts.
  • la formation. Il me semble que c’est une grossière erreur que de négliger cela en France. Selon le contexte, des actions de formation musicale, seul ou en partenariat avec les écoles de musique. Liste non-exhaustive: découverte de la musique, solfège, apprentissage et pratiques d’instruments,…

Continuer la lecture de « Quelle place pour la musique en bibliothèque? »