Bibliolab: un espace d’expérimentation pour bibliothécaire et bibliothèque

L’arrivée de Libélabo (partie audio vidéo foutraque et expérimentale de Libération.fr) et les formations ou les présentations sur le thème du web 2.0 m’amènent à faire cette proposition un peu utopiste: créer un Bibliolab, un espace d’expérimentation pour les bibliothèques ou les bibliothécaires.

Le Bibliolab contiendrait par défaut les éléments suivant:

  • une plate-forme pour tenir son blog (type WordPress Mu)
  • un agrégateur de flux (basé sur POSH bien sûr)
  • une ferme à wiki (pas d’idée précise sur des logiciels libres permettant d’installer sur son serveur une ferme à wiki… suggestion bienvenue… B&C?)
  • un espace personnel pour installer et tester tout type de logiciel libre, notamment des SIGB libre, pour stocker les images ou les podcasts liés à un blog ou à un wiki
  • un forum pour s’entraider et échanger
  • … autres idées à suggérer?

Plutôt que d’avoir à se reporter sur des plates-formes existantes, dont certaines se financent via la publicité, cela permettrait d’avoir un espace bien identifié par les bibliothécaires qui souhaiteraient tester et/ou utiliser ses outils avant de les mettre en oeuvre.

Je laisse le soin aux spécialistes de déterminer les besoins techniques (probablement un serveur dédié…). Il reste à trouver comment l’héberger: un serveur réformé par une bibliothèque? un hébergeur public (Enssib? SUDOC? Service Informatique d’une BU ou d’une bibliothèque publique?) un hébergeur privé (qui finance la prestation? Associations professionnelles? un mécène?)  Il faut aussi trouver une poignée de bibliothécaires fous, prêt à aider les collègues, pour se lancer dans l’aventure.

Qu’en pensez-vous? Prêt à donner un coup de main? Prêt à mettre à disposition un serveur?

33 pensées sur “Bibliolab: un espace d’expérimentation pour bibliothécaire et bibliothèque”

  1. Yes !!!! Put… de bonne idée !!! Cela nous permettrait d’arrêter d’emm… nos CRI et surtout, de faire ce que l’on veut… Surtout qu’a priori, cela ne concerne pas 14566373 bibliothécaires et donc, que cela ne demanderait pas des machines surpuissantes.
    Les obstacles que je vois, c’est parvenir à rendre chacun étanche par rapport aux autres (pour que PK me crashe pas tout chaque matin) ; et trouver un hébergeur 🙂 Une solution, ce peut être un système de virtualisation installé quelque part : chacun y fait ses bidouilles. S’il plante, il jette la machine virtuelle et recommence. Bon, je réagis à l’arrach comme d’habitude mais quand même, tu soulèves un lièvre….

  2. Est-ce que dans ton idée ce serait :
    A – un espace de stockage pour les bibliogeeks qui n’ont pas de serveur.
    B – une offre pour inciter les bibliothécaires néophytes.
    C – interdit de répondre « les deux » ^^

    Parce que en ce qui concerne les wikis :
    soit A – le geek choisit et paramètre lui-même le logiciel wiki de son choix sur bibliolab
    soit B – le newbie a plutôt intérêt à aller sur une plate-forme commerciale (les paramétrages y sont intuitifs ; et il n’y a pas forcément de pub)

  3. @B&C:
    Réponse B. Mais je pensais à une ferme à wiki qui offrirait les mêmes facilités qu’une plate-forme commerciale. La partie complexe (installation de la ferme, paramétrages et maintenance) serait invisible et gérée par des bibliogeeks. A l’image de WordPress Mu qui permet coté néophyte de créer intuitivement un blog…

  4. OK à 100% dans l’utopie mais…

    1/ technique :

    – WordPress mu : serveur dédié + des admins avertis en php/mysql : http://www.wordpress-fr.net/category/blog/wordpress-mu
    Coté utilisateurs, pas de soucis.
    – POSH : aucun problème
    – autres logiciels libres : la contrainte est que certains logiciels n’ont pas de préfixes dans les tables, donc une seule installation possible par base de données…
    – Mes premières conclusions : serveur dédié + 1 base de données créée par utilisateur/établissement inscrit avec une bibliothèque de logiciel avec des scripts d’install.
    OK pour aider et échanger sur ce que je connais le mieux (wordpress, POSH), et apprendre aussi… 🙂

    2/ quelles finalités ?

    Les outils cités ne sont que des outils. Leur utilisation, après tests dans le bibliolab, tant en intranet (à usages professionnels) qu’en internet (avec [et non pour] les usagers) relèvent :
    – d’un projet d’organisation basé sur une démarche participative et collaborative des équipes : avoir wordpress et POSH, oui, mais pour les ouvrirs aux équipes
    – d’un projet d’équipement : l’usager ne « consomme plus » la bibliothèque, il participe à son projet.
    Enfin, c’est ma vision :)…

    Et ces outils peuvent etre installés sur un simple PC avec easyphp… Mieux encore, ils peuvent etre testés sur les plateformes des différentes communautés : wordpress, POSH, PMB, WIKI…

    Non, ce n’est pas une utopie, ça renvoie juste je trouve à une autre question : « qui est pret à utiliser les outils web 2.0 tant en intranet qu’en internet, sans vérous ? »
    Et là je réponds : OK, monttons un espace de travail et d’échange pour ceux qui le souhaitent, avancons collectivement sur cette question…
    Mais avec qui et ouvert à qui ? Là est l’avenir, mais c’est une REVOLUTION…

  5. Si vous acceptez les non bibliothecaires, l’idée me plait bien. En plus de l’hebergeur il s’agit de trouver des solutions à nombre de problemes techniques. Commender par ce qu’on veut faire vraiment, c.a.d completer et finalliser ta liste d’objet et aussi trouver le moyen de rendre le tout didactique. De quoi s’occuper ! 😀 Tres bonne idée en tous cas, à suivre…

  6. Si je peux me permettre, faut aller plus loin… Tant qu’à ouvrir un labo commun, faut voir grand et ne pas se cantonner (le premier qui dit riz sort) au nécessaire pour héberger wordpress ou posh… Les outils genre Libraryfind demandent plus que cela pour être testés mais les CRI (le mien au moins) ne donneront sans doute jamais accès aux bavasses nécessaires… c’est pour cela que l’idée de XG déchire… Même si elle est sans doute difficile à mettre en place, pour ce que j’en imagine. Mais l’impossible est toujours possible, il suffit de le faire 🙂

  7. Je pense que ce serait une bonne idée, principalement à des fins de test. Pour un outil en production, ça me parait compliqué sur une machine partagée d’avoir ce genre de choses. Mais pour une « proof of concept » afin de décider les CRI ça peut être intéressant.

    En particulier pour les choses un peu compliquées à installer chez un hébergeur classique, vufind, libraryfind and co …

    Si certains veulent creuser, il faudrait peut être se renseigner du côté des gens de code4lib, il me semble qu’à l’origine leur projet est lié à une volonté de bibliogeeks d’avoir une machine sur laquelle faire des essais. Mais après il faut trouver qqn avec des compétences système pour administrer tout ça, et pas sur que ça se trouve à tous les coins de rue.

    Il y a aussi la question du coût de ce genre de choses. Dans ce dont j’avais entendu parler, de pas tr-s cher, il y a la dedibox proposée par iliad (free) mais je sais pas ce que ça vaut.

  8. @tous: priorité pour moi aux novices pour tester des outils du web 2.0 et autres logiciels libres. Mais il me semble que ce n’est pas incompatible avec un usage pour les vétérans qui trouveraient là une plate-forme souple pour tester des choses.

    Le contenu de la plate-forme doit être affiné.

    Je pense aussi qu’un hébergeur public ou privé y trouverait un intérêt en terme de publicité et d’images d’innovation.

    Je creuse un peu plus et vous tiens au courant mais n’hésitez pas à faire de nouvelles suggestions.

  9. y a du Bibliocamp dans l’air, alors 🙂
    Voir aussi les questions juridiques, droits etc …
    Trouvons une asso professionnelle assez folle pour supporter le truc

  10. Bonne idée,
    Au dernier Congrès de l’ABF à Nantes, j’ai proposé de coordonner un groupe de travail sur les bibliothèques hybrides au sein de l’ABF… Celui-ci démarrera vraiment début 2008…
    Votre projet pourrait être soutenu dans le cadre de ce groupe…avec toutes les bonnes volontés…
    Le but de ce groupe de travail est justement de montrer aux collègues ce qui existe… alors si en plus on peut tester…
    ABF à voir, faut que j’en parle au bureau national, ou bien l’ADDNB, comme le demande Mercure (Salut Michel !), pourrait peut-être ?
    Silence alias Franck Q.

  11. bonne idée, d’autant que je fais partie de ceux qui ont parfois du mal à comprendre ce que vous (les geeks) dites : vous parler entre connaisseurs, c’est normal, mais on a souvent du mal à comprendre tous les enjeux derrière une proposition : inscrit sur facebook j’y vais peu parce que je ne sais pas trop quoi en faire, j’ai essayé de mettre les onglets de mon portail sur netvibes, ça n’a pas marché, je cherche à créer un outil de dialogue sur le quartier, je ne sais pas comment m’y prendre, et les mots, qu’est-ce qu’ils veulent dire (CRI, ça doit être évident, j’ai les yeux bouchés, mais sppontanément je ne sais pas), etc. je ne suis pas très doué en technique et j’ai un peu de mal à assimiler les choses quand on ne me met pas les points sur les i. alors un espace plus didactique permettrait certainement à plus de collègues dans mon cas de vaincre leurs appréhensions et de participer eux aussi.

Les commentaires sont fermés.