Quelle place les bibliothèques peuvent-elles accorder aux contenus créés pas les internautes?

ugcL’une des révolutions du web participatif est l’explosion de contenus mis en ligne par les amateurs. L’éventail est très large, du film de famille au carnet de voyage illustré par des dessins en passant par de créations musicales originales ou remixées. Il est tentant pour les bibliothèques de rejeter cette production non validé par un éditeur.

Je pense que cela serait une erreur d’ignorer ces créations dont certaines rivalisent avec des documents édités. Pour la musique, des analystes parlent des pro-ams, des amateurs dont la pratique et la musique sont proches ou équivalentes à celles de musiciens professionnels. Par ailleurs, ce type de production peut représenter un vrai intérêt documentaire comblant parfois un manque dans l’édition. Les bibliothèques pourraient les valoriser en dépit d »une moindre qualité de réalisation par rapport à une édition professionnelle. On peut les rapprocher des fonds locaux de type brochure d’associations locales.

Certains artistes déjà édités et reconnus investissent internet comme espace unique de diffusion d’une partie de leurs oeuvres. Il est à parier que le mouvement risque de s’amplifier dans une optique de contact direct avec leur public et d’avoir un meilleure rémunération qui se passerait d’intermédiaire.

Pour utiliser les contenus créés par les usagers comme ressources documentaires, il conviendrait alors de les intégrer dans les politiques d’acquisition existantes et de les sélectionner aux mêmes titres que les ressources physiques ou que les ressources numériques payantes déjà acquises. La différence avec ces dernières est qu’on maitrise plus le choix de document que dans les bouquets numériques payant même si la disponibilité est moins garantie.

Je crois que les difficultés juridiques sont mineures dans la mesure où l’on retiendrait des oeuvres originales même si elles citent ou contiennent des oeuvres soumises à droits d’auteurs. Il suffit alors de s’acquitter des droits de diffusion via les sociétés d’auteurs. Je n’oublie pas tout ce qui est mis à disposition sous licence libre type creatives commons.

Je propose quelques pistes pour accueillir les ressources numériques créées par les internautes:

  • les présenter sur un blog dédié ou comme rubrique du blog de la bibliotheque
  • les intégrer dans nos portails comme source qui enrichissent les notices catalographiques
  • ou même les cataloguer comme un site internet avec une petite description.

Qu’en pensez-vous? d’autres idées pour les intégrer comme ressource documentaire?

Masse critique: Ubiquité de Claire Wolniewicz

Dans le cadre de l’opération Masse Critique de Babelio, j’ai reçu Ubiquité de Claire Wolniewicz. Voici mes impressions de lecture:

Ubiquié de Claire WolniewiczAdam Vollandier mène la vie banale d’un comptable de province fuyant tous les excès et toutes les distractions. Son existence bascule quand des inconnus le prennent pour quelqu’un d’autre. En plus ils le confondent à chaque fois avec une autre personne, tantôt avec un oenologue, tantôt un cavalier ou même un champion de tennis… Le phénomène s’installe et l’engrenage qui va avec. En effet il commence par contredire fermement puis gentiment… puis il acquiesce gêné jusqu’à s’embarquer dans la peau d’un homme qui se révèlera un escroc ayant volé une toile de maître! Par dégoût de son ancienne vie et par amour pour une femme, Adan Vollandier devenu George Fondel devra aller jusqu’au bout de la substitution.

Le roman de C. Wolniewicz est une joyeuse mécanique très enlevée et pleine d’humour glissant légèrement vers le polar à la fin. L’auteur maîtrise l’art de la description des personnages, des situtations et de la peinture. Une belle lecture

Bonne année 2009

voeuxvinyl2009

Je vous souhaite une très belle année 2009 pleine de découverte culturelle.

Voici ma contribution tardive (ou précoce pour 2010) au calendrier des bibliothécaires fan de vinyls concoté par notre Desperate Librarian Housevife visible ici.

Le rythme de publication a été assez ralenti depuis septembre, j’espère pouvoir publier régulièrement une à deux fois par semaie.